Infos utiles

Aquaponie

 

Diagnostics environnementaux en élevages bovins

Ce présent projet est financé par la Région Wallonne et est coordonné par le Service de Nutrition – FMV – ULiège. Il a pour but d’établir des diagnostics environnementaux dans des élevages bovins avec 2 outils, DECiDE et CAP’2ER, et d’assurer le suivi et les conseils prodigués aux éleveurs. Cette subvention poursuit les travaux entamés dans le 1er volet de la subvention précédente et répond à l’attente des éleveurs qui ont bénéficié du suivi.

 

Des bilans environnementaux sont effectués dans des exploitations bovines laitières et viandeuses à partir du logiciel français validé certifié « CAP’2ER » et de l’outil wallon « DECiDE » développé par le CRA-W et financé par la Région Wallonne.

 

160 diagnostics environnementaux seront réalisés en parallèle avec les outils CAP’2ER et DECiDE dans des exploitations wallonnes volontaires ou désignées par le SPW. Les diagnostics seront faits dans des élevages laitiers, viandeux ou mixtes. L’objectif ne réside pas seulement dans le fait de calculer des bilans; un soutien et un accompagnement seront apportés à l’éleveur qui désire diminuer son impact sur l’environnement et améliorer la qualité de l’eau, en personnalisant les leviers d’action adaptés à son exploitation.

 

·       Qu’est-ce qu’un diagnostic environnemental ?

Un diagnostic environnemental est réalisé avec un outil basé sur la méthodologie de l’Analyse Cycle de Vie (ACV) à l’échelle de l’exploitation agricole. L’outil permet un calcul automatisé des performances environnementales en élevage de ruminants, donnant lieu à un bilan des émissions en gaz à effets de serre (GES – protoxyde d’azote, méthane, dioxyde de carbone) de l’exploitation et à une empreinte carbone du produit (lait ou viande).
L’outil apporte également des données sur la contribution au maintien de la biodiversité et l’impact sur la qualité de l’eau. Le maintien de la biodiversité tient compte notamment de la présence de haies et de prairies (particulièrement les permanentes) dans l’élevage. L’impact sur la qualité de l’eau est mesuré par estimation de l’azote lessivé à partir du bilan apparent en azote (entrées – sorties). Le logiciel positionne ainsi l’exploitation par rapport à des valeurs repères. Le stockage de carbone, la performance nourricière ainsi que les consommations d’énergies sont également évalués. Le calcul de la performance nourricière permet de quantifier le nombre de personnes que peut alimenter l’exploitation en protéines animales, information gratifiante pour l’agriculteur.

 

·       La réalisation d’un diagnostic environnemental

Une prise de données par un conseiller est réalisée via une interview chez l’agriculteur. Elle dure entre 2 et 3 heures environ.

Les données récoltées sont nombreuses et se répartissent en :

  • Données générales sur la ferme (ferme laitière/viandeuse, bio ou conventionnelle, …)
  • Données de troupeau(x) (effectif, analyse du lait, …)
  • Logements et effluents (durée de la présence en bâtiment, type de logements, …)
  • Surfaces (ha prairies, cultures, fertilisation, éléments agro-écologiques, …)
  • Alimentation (quantités d’aliments achetés, ration, …)
  • Énergies (électricité, carburant, travaux effectués, production d’énergie renouvelable, …)

Une fois que les données sont récoltées, le conseiller va pouvoir analyser ces données et les encodées dans des outils tels que CAP’2ER ou DECiDE.

Le conseiller revient une fois de plus chez l’agriculteur pour lui présenter ses résultats et lui proposer un conseil adapté à son exploitation.

Le diagnostic est réalisé pour une année. Il peut être intéressant de répéter l’exercice plusieurs années d’affilées pour observer les évolutions en fonction des pratiques.

·       Les conseils qui peuvent être apportés

Les conseils apportés sont personnalisés, une exploitation n’est pas une autre ! Les conseils sont variés, ils concernent aussi bien la gestion de l’alimentation du troupeau, que la gestion de la fertilisation des terres, ou encore, l’optimisation de l’âge au premier vêlage.

Le projet Life Beef Carbon ayant réalisé environ 2000 diagnostics CAP’2ER dans des élevages de bovin viande en France, a déjà souligné les principaux leviers d’action pour diminuer l’empreinte carbone des élevages de viande bovine :

  • L’optimisation des techniques d’élevage (conduite du troupeau, limitation des animaux improductifs, …) ;
  • La valorisation des fumiers et lisiers et la gestion des effluents ;
  • Le stockage de carbone dans le sol et dans la biomasse (implantation de haies, …) ;
  • Et l’amélioration de l’autonomie fourragère (allongement de la durée de pâturage, …) !

·       Les raisons de réaliser un diagnostic environnemental

L’éleveur peut selon sa situation trouver plusieurs intérêts à réaliser un diagnostic environnemental :

  • Comprendre au mieux son exploitation et ses impacts positifs et négatifs sur l’environnement, les deux coexistant dans une ferme
  • Recevoir un conseil personnalisé vers de meilleurs pratiques environnementales en identifiant des leviers d’amélioration de la ferme
  • Utiliser le diagnostic environnemental pour expliquer et communiquer l’impact environnemental de sa ferme (ex : vente directe à la ferme, ferme pédagogique, …)

 

 

 

Le Centre des Technologies Agronomiques de Strée a décidé de s’impliquer dans ce projet: les bilans environnementaux de la ferme ont déjà été établis depuis 2016, ce qui permet un suivi des mesures d’amélioration mises en application. Une partie d’exemple de diagnostic CAP’2ER et Decide est visible ci-dessous.

Pour plus d’informations : jhurdebise@uliege.be

 

Figure 1: Visuel d’un diagnostic environnemental avec CAP’2ER de la ferme du CTA de Strée en 2019

 

Figure 2 : Visuel d’un diagnostic environnemental avec Decide de la ferme du CTA de Strée en 2020

 

 

English

 

LIFE Carbon farming - Le CTA y participe!

Projet LIFE CARBON FARMING –Agriculture bas carbone
Qu’est-ce que le projet LIFE CARBON FARMING?
Ce projet européen financé par le programme LIFE de la Commission Européenne s’étendra d’octobre 2021 à octobre 2027. Six pays y participent: la France avec l’Institut de l’Elevage en tant que coordinateur, la Belgique avec l’Université de Liège, l’Allemagne avec ATB (Leibniz-Institut fürAgrartechnik), l’Irlande avec le Teagasc, l’Italie avec CREA et l’Espagne avec Asoprovac. Ce projet vise à réduire de 15% l’empreinte carbone de 700 fermes de polyculture-élevage en mettant en oeuvre des pratiques bas carbone. Il vise également à développer un mécanisme de financement basé sur le résultat. Si le projet aboutit, il permettra un revenu du marché du carbone de 6000 à 12000€/ferme.
VOUS ÊTES UN AGRICULTEUR ?

4 bonnesraisons de vousengager dans un projetagricolebas carbone
1.
Vous y gagnez techniquement et économiquement
La mise en oeuvre de nouvelles pratiques d’élevage ou de culture optimisées vous permet de réduire vos émissions de gaz à effet de serre ou d’augmenter le stockage de carbone tout en améliorant votre efficience. Vous participez ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique et améliorez vos performances techniques et économiques. Ces nouvelles pratiques concernentl’amélioration de la gestiondu troupeau, la maîtrise de laconsommation des intrants,l’amélioration de l’efficiencede l’azote, le stockage de carbone…
Si des financeurs sont intéressés par le projet, vous recevrez une rémunération dépendante de la quantité de CO2 évitée grâce aux pratiques bas carbone que vous avez mises en oeuvre. Une nouvelle source de revenus sera ainsi générée.En effet, depuis quelques années, des collectivités, entreprises ou citoyens sont prêts à rémunérer des actions bénéfiques pour le climat pour notamment compenser leurs propres émissions résiduelles.
2. Vous êtes accompagné tout au long de votre démarche
Les partenaires du projet sauront vous appuyer dans votre gestion administrative et vous accompagneront dans vos changements techniques.Ils ont pour objectif d’impliquer et de soutenir les agriculteurs et leurs partenaires techniques dans leurs démarches bas carbone et créer le lien avec les acteurs -collectivités, entreprises -qui veulent soutenir financièrement, et en toute transparence, des projets innovants pour le climat.
3. Vous intégrerez un réseau européen d’agriculteurs
Prendre part au projet LIFE Carbon Farmingsignifie la possibilité pour vous d’intégrer un réseau européen comprenant des agriculteurs de six pays.Vous pourrez participer à des journées portes ouvertes sur des fermes en France et en Europe, les frais de déplacement étant couverts par le projet. Ces réunions seront une bonne opportunité de discuter avec des agriculteurs d’autres régions et pays et d’échanger sur les solutions techniques existantes dans des systèmes de production diversifiés.
4. Vous serez en mesure de communiquer sur votre réduction d’empreinte carbone
Participer au projet LIFE Carbon Farmingvous permettra de communiquer sur votre réduction d’empreinte carbone. Cela vous donnera notamment des éléments pour communiquer sur vos produits et votre système de production avec des interlocuteurs extérieurs à votre ferme.

Qu’est-ce qu’un projet agricole bas carbone?

Mise en place de pratiques qui permettent soit de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) soit de favoriser la séquestration de carbone. Ces réductions d’émissions seront certifiées dans le cadre du projet grâce à une méthodologie commune développée par les structures partenaires.
+ de 12000 éleveurs sont déjà engagés dans une démarche de réduction d’émission de gaz à effet de serre (Ferme Laitière Bas Carbone, Life BeefCarbon).

 

QStresscow

MAEC

Eco-pâturage

Culture biologique

Autres